La communauté éducative au service de l'Internat

Il est dans la culture de Pontlevoy de travailler en lien et au sein de l’Enseignement Catholique. Nous pensons que l’art éducatif de l’Enseignement Catholique réside dans des méthodes comme dans un modèle de vie centrée sur la personne du Christ. A travers son enseignement, il nous a livré un certain art de vivre, un sens de la valeur de chaque personne, à commencer par les plus vulnérables, et un appel constant à accomplir son existence par le don de soi et l’audace plutôt que par la consommation et le confort. Mis à part les évidentes conditions matérielles, la première condition de la vie de l’internat, première parce que quotidiennement nécessaire, est donc la réalité d’une communauté éducative profondément unie sur ces finalités : direction scolaire de l’établissement (collège et/ou lycée), communauté sacerdotale éducative, maître d’internat, responsable du tutorat et si possible, une famille qui participe, dans la mesure des exigences propres, à la vie quotidienne de la maison.

Le chef d’établissement est le responsable légal de l’internat Notre-Dame-des-Blanches, internat du collège Le Prieuré de Sambin et du Lycée Catholique de Pontlevoy. Il délègue sa responsabilité à l’aumônier principal qui assure l’animation de la maison. Les professeurs et notamment les professeurs principaux sont en contact chaque semaine avec l’internat : liste des devoirs, exigences particulières sur tel ou tel élève, problèmes rencontrés, progrès réalisés par untel ou untel.

La communauté sacerdotale (en 2010-2011, deux prêtres et un séminariste) est au service de tous, élèves, professeurs et personnel éducatif ou d’entretien. Elle doit donner l’âme de la maison, secourir dans les difficultés et donner l’élan à l’éducation proposée. L’aspect « communautaire » et la fraternité sacerdotale « visible » sont importants dans la spécificité de l’internat. La communauté apporte aux garçons l’appui d’une vie de prière régulière et du soutien spirituel. Pour que cet appui soit vécu, le prêtre apprend à être avant tout un éducateur de l’humain, inspirant à la vie quotidienne les vertus essentielles qui donnent à l’adolescent les moyens d’être un homme : Vérité dans les relations, confiance en soi, sens de l’effort et du don de soi, joie d’exister et de construire son avenir. Il n’arrive pas avec tes techniques particulières, il vit avec, il écoute, il reprend patiemment, il encourage, il accorde sans cesse sa confiance, même quand elle a été abusée. L’éducation suppose autant et plus une manière d’être plutôt que d’agir. Elle est autant que nécessaire une omniprésence qui tend à s’effacer pour favoriser l’autonomie et la liberté. Dans la mesure du possible, on apporte aux pensionnaires le soutien de l’accompagnement spirituel personnel, assuré par des prêtres extérieurs à la communauté locale.

La vie intellectuelle tient une place essentielle dans la construction du jeune homme. Le responsable du tutorat coordonne un suivi personnel des études et veille au soutien scolaire nécessaire. Selon leur compétence et la possession des diplômes requis, les consacrés apportent leur concours à cette formation intellectuelle, tant dans la vie de l’internat par le tutorat que par la participation à l’enseignement de matières profanes du collège ou du lycée, notamment des cours d’initiation à la philosophie et à la théologie dès la seconde ou des cours de langues.

Le rôle du maître d’internat est central. Sa personnalité compte beaucoup pour les élèves. Il est non seulement le responsable de la discipline et de l’ordre de la maison, en particulier du coucher, mais il doit inspirer aux pensionnaires un esprit de sécurité et de secours par l’exercice d’une ferme et juste autorité et par un relationnel à la fois distant et confiant. Il gère les questions matérielles de la vie courante des pensionnaires.

Dans tous ces aspects, le lien avec l’éducation dispensée par les parents est essentiel. Une cohérence de vie doit se dessiner entre le milieu familial et l’internat. En début d’année, un questionnaire adressé aux parents tisse les premiers liens. Des contacts fréquents les complèteront (bilan éducatif personnel – lettre aux parents). On n’oublie pas que la responsabilité de l’éducateur sur le jeune est une responsabilité déléguée par les parents.